Comment j’ai amélioré ma productivité de game dev ?

Si, comme moi, les choses dont vous aviez le plus peur lorsque vous vous êtes lancés dans la création de votre jeu sont :

  • être à court d’idées
  • se faire voler ses concepts
  • ne pas choisir le bon moteur de jeu
  • ne pas trouver le bon nom

Ce que je vais vous dire n’est pas forcément plaisant à entendre, mais il y a des chances pour que vous surestimiez votre persévérance.

Bien sûr, le concept du jeu est très important, et nous avons évidemment tous déjà entendu l’histoire du mec qui s’est fait voler son idée de génie par une multinationale véreuse. Mais combien de jeux ne voient jamais le jour parce qu’ils sont abandonnés par leur créateur en cours de route ? Saviez-vous que le développeur de Stardew Valley, Eric Barone, a travaillé pendant 4 ans en solo sur son jeu avant de le lancer ? Impressionnant de persévérance, n’est-ce pas ?

ConcernedApe, pseudo du développeur Eric Barone

Avec un peu de recul, je me rends compte qu’au-delà d’avoir la fameuse bonne idée qui va révolutionner l’industrie vidéo ludique, il faut surtout beaucoup de force d’esprit pour résister à toutes les distractions qu’offre la vie (et je pense plutôt à l’économie de l’attention qu’à une bonne bière) pour avancer sur son projet.

Sur ces accusations non dissimulées, je vous partage quelques astuces que j’utilise au quotidien pour gagner en productivité et ainsi augmenter les chances de publier mon jeu un jour.

TLDR:

10 astuces pour améliorer sa productivité en tant que Game Dev

1. Limiter les réseaux sociaux

Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit. À l’ère des réseaux sociaux (je parle comme le Boomer que je suis, laissez-moi tranquille), cette phrase est d’une réalité affligeante. Ces plateformes se font de l’argent de deux façons : la pub, et vos données. L’équation est assez simple : plus vous passez de temps sur les réseaux, plus vous visionnez de pubs, plus vous filez de données, et plus ça fait de cash. Ils ont donc tout intérêt à vous faire passer un maximum de temps chez eux.

Si le concept vous intéresse et que vous voulez en apprendre plus, il me semble qu’on parle d’économie de l’attention.

Prendre conscience du temps passé à scroller

Outre les effets néfastes sur notre santé que pointent du doigt de nombreuses études, vous n’imaginez pas le temps que cela prend de scroller. Pour vous faire peur vous pouvez, à vos risques et périls, regarder sur votre smartphone Android dans « Paramètres », puis « Bien-être numérique et contrôle parental » pour faire apparaître un graphique qui illustre votre utilisation du téléphone au cours de la journée.

Loin de moi l’idée de vous blâmer, personnellement j’adore scroller et je trouve tellement de choses intéressantes sur Insta, Tiktok & Twitter que je ne compte pas m’en passer. On va dire que j’essaie plutôt de faire prendre conscience du gouffre que cela peut-être.

2. Mettre en veilleuse mon smartphone

Pour gagner en productivité, je supprime tout ce qui peut interrompre ma tâche du moment. Même si je ne peux pas désactiver mon chat, je peux le faire pour l’autre meilleur ami de l’Homme, le smartphone. J’ai pris l’habitude de le poser loin de mon bureau ou d’utiliser l’application ForestApp, qui m’aide à m’en séparer pendant que je travaille. L’avantage des smartphones d’aujourd’hui, c’est qu’ils proposent presque tous un mode « Ne pas déranger » pour ainsi mettre en silencieux les notifications. Il ne tient qu’à vous de mettre cela en place.

Résultats ? Moins de coupures, plus de concentration et plus de productivité.

3. Avoir un environnement de travail adapté

Désagréments visuels, sonores ou encore physiques, je pense que mon efficacité passe aussi par un environnement de travail sain. Le bruit des travaux, la foule d’un café bondé, une chaise inconfortable ou une connexion qui rame sont autant de freins à ma productivité. J’aime travailler dans un endroit silencieux, accompagné d’un Matcha Latte (qui n’est pas qu’un truc de bobo là où je me trouve actuellement), avec beaucoup de luminosité.

Qui disait « Bien dans sa tête, bien dans son jeu » déjà ?

Le mont Fuji au Japon
Mon environnement de « travail » en ce moment – Mt. Fuji, Japon.

4. Réutiliser son code

Si vous faites du développement de jeux vidéo, je vais vous confier un secret mal gardé pour être plus efficace : réutiliser votre code.

Je vous invite à regarder du côté de la Programmation Orientée Objet avec la notion d’héritage (le concept Parent/Enfant sur Game Maker Studio), ou encore l’utilisation de fonction. Dès que vous avez des objets dans votre jeu qui fonctionnent de manière similaire, il y a de fortes chances que vous puissiez gagner du temps en réutilisant votre code. De cette façon, on évite de dupliquer quand c’est inutile, et on gagne du temps en maintenance.

5. Bien nommer sess variables & commenter son code

Et non, le super développeur que j’étais il y a trois mois ne se rappelle probablement plus l’utilité de la variable theVariable2 = 1, car ni son nom, ni l’absence de commentaires ne m’aident. Tandis qu’une variable bien nommée, comme bulletVelocityX = 1, sera aisément comprise, autant par son créateur que par les personnes qui liront son code un jour.

Ensuite, sans transformer mon code en une documentation vivante, quelques commentaires bien placé seront toujours d’une aide précieuse pour un développeur en détresse.

6. Écrire ses objectifs

Écrire ses objectifs augmente les chances de les atteindre. J’ai l’habitude d’ouvrir mon projet Git Hub pour y mettre mes prochaines étapes. Plus c’est court et concis, mieux c’est. J’aime ajouter une deadline, un état (à faire, en cours, fait) et une catégorie pour avoir plus de visibilité. J’essaie aussi de rester le plus réaliste possible, parce que noter « Terminer mon jeu » ne fonctionne hélas pas.

Mention spéciale si je partage mes objectifs à quelqu’un d’autre, d’une certaine manière cela m’oblige à avancer, et j’ai encore plus de chance de les valider.

7. Faire des pauses

Contrairement aux préjugés et au ressenti que cela provoque, faire une pause ce n’est pas perdre du temps.

Pendant un moment, j’ai utilisé la technique du Pomodoro Timer, cela me permettait d’alterner pauses et sessions de travail. Si vous avez du mal à manager votre temps, je vous incite vivement à jeter un coup d’œil à cette méthode.

8. Sauvegarder son travail en ligne

Un chat qui saute sur le bureau et renverse le café sur le MacBook Pro tout neuf ? La mise à jour Windows qui redémarre l’ordinateur sans rien demander ? La coupure de courant qui survient à la seconde où je pensais appuyer sur le bouton sauvegarder ? Oui, bien sûr cela n’arrive qu’aux autres. Mais dans le cas où je devrais malheureusement en faire les frais, j’ai pris mes précautions et je sauvegarde mon travail en ligne.

J’enregistre tout sur Dropbox, qui est un service de stockage en ligne et versionne mon projet avec Github. Prendre le temps de protéger ses données, c’est un petit geste qui me demande quelques minutes et me fait débourser un peu d’argent, mais quel soulagement de se sentir en sécurité.

9. Faire des recherches en amont

Google est mon ami, et quelqu’un a sûrement déjà demandé « comment créer un rogue like » avant moi. Je m’épargne souvent des prises de tête en faisant une recherche rapide avant d’attaquer un nouveau script. De même, lorsque je fais du pixel art, un tour sur Pinterest et Twitter me permet de m’inspirer des meilleurs (et ils sont nombreux), afin d’éviter le syndrome de la page blanche.

10. Rejoindre une communauté

Ce point rejoint quelque peu le précédent : la force de l’intelligence collective n’est plus à prouver. Nombre de fois j’ai posé des questions sur le discord de Game Maker Studio (le moteur de jeu que j’utilise), et c’est un vrai gain de temps de ne pas se retrouver seul avec ses problèmes. Que ce soit sur Discord, Twitter, Facebook, Linkedin, ou même un sombre skyblog, être accompagné par d’autres personnes peut débloquer bien des situations.

Conclusion

Voici la liste non exhaustive des choses qui me permettent d’améliorer ma productivité, en espérant que cela vous aide dans votre quête de performance ! Et si vous avez des astuces à me partager, je serais ravi de vous lire en commentaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *